À travers les différentes actions qui s’inscrivent dans notre démarche visant à promouvoir la profession d’ingénieur auprès de la relève, nous sommes fiers de contribuer à la progression des femmes ingénieures et leur inclusion dans le milieu. Depuis mai dernier, nous participons à l’initiative Femmes en ingénierie – expérience de lancement de carrière (FEI-ELC) de l’Institut d’enseignement coopératif de l’Université Concordia, qui offre aux futures ingénieures une expérience concrète et complète qui contribuera à faciliter leur transition vers leur carrière d’ingénieure. C’est donc avec plaisir que notre équipe en ouvrages d’art a accueilli Jorisch Kouatchou Kouayep, étudiante de 3e année au baccalauréat en génie civil de l’Université Concordia, à titre de stagiaire pour la saison estivale. Nous nous sommes récemment entretenus avec elle et sa marraine de stage, Roba Al-Sous, chargée d’équipe au sein de notre équipe de conception en ouvrages d’art, afin d’en apprendre davantage au sujet de leur expérience ainsi que du rôle d’EXP dans cette initiative.

Jorisch, décris-nous l’initiative FEI-ELC de l’Université Concordia et les raisons qui t’ont poussée à en faire partie.

Jorisch : Le FEI-ELC a pour but d’offrir aux étudiantes en ingénierie et informatique une opportunité de mentorat au cours de leur stage au sein de l’Institut d’enseignement coopératif afin de faciliter leur transition vers le marché du travail. Grâce à cette initiative, les étudiantes sont en contact avec une ou un mentor en milieu de travail, qui les accompagne dans l’apprentissage technique de la profession, mais également sur le plan personnel, notamment dans l’enseignement et le développement de compétences qui sont primordiales pour faciliter leur épanouissement dans la profession.

J’ai décidé de participer à cette initiative de l’Université Concordia puisque je considère qu’il s’agit d’une belle occasion pour moi d’apprendre, mais aussi de développer diverses compétences, telles que la communication ainsi que la gestion du stress et du temps. De plus, ma formation universitaire étant presque terminée, cette implication constitue une bonne transition entre le milieu scolaire et professionnel du génie civil.

Roba, comment as-tu entendu parler de cette initiative ?

Roba : C’est d’abord l’Institut d’enseignement coopératif de l’Université qui nous l’a présentée ! Évidemment, ç’a été tout naturel pour nous d’y participer en accueillant Jorisch au sein de notre équipe, puisqu’EXP a à cœur de soutenir la progression des femmes en génie. À la suite de l’entrevue de Jorisch et en échangeant avec elle, j’ai constaté que son parcours ressemblait beaucoup au mien alors que je quittais les bancs d’école et débutais ma carrière d’ingénieure. Ainsi, tous les éléments y étaient pour que nous participions à cette initiative en l’accueillant pour l’été.

En tant que marraine de stage de Jorisch, ton rôle consiste, entre autres, à faire découvrir les multiples facettes du génie-conseil à une future ingénieure. Pourquoi as-tu décidé de t’impliquer dans cette initiative en jouant ce rôle important ?

Roba : C’est une initiative remarquable de l’Université Concordia, puisque cela s’inscrit dans la concrétisation de l’engagement de l’Ordre des ingénieurs du Québec à soutenir l’atteinte de l’objectif 30 en 30 d’Ingénieurs Canada. Présentement, les femmes dans la profession ne représentent que 18,1 % des employées et employés, et le taux de décrochage dans les programmes de génie est important. Cette initiative constitue une belle occasion de faire une différence pour les futures ingénieures et de les accompagner jusqu’à leur entrée sur le marché du travail. Au fur et à mesure que le stage avance, je réalise que j’aurais grandement bénéficié de l’implantation d’une telle initiative lorsque j’approchais moi-même de la fin de mes études. Ainsi, mon implication y est toute naturelle.

Finalement, depuis mon arrivée chez EXP il y a trois ans, j’ai été bien accueillie, encadrée et surtout écoutée dans mes ambitions. La preuve : j’ai été promue au poste de chargée d’équipe il y a presqu’un an, après avoir manifesté mon intérêt pour celui-ci. Être la marraine de Jorisch me permet aussi de lui démontrer que les femmes peuvent prendre la place et occuper les postes qu’elles souhaitent chez EXP.  

Roba, selon toi, quels sont les éléments primordiaux à aborder avec une future ingénieure en vue de son intégration sur le marché du travail ? Quelles mesures mets-tu en œuvre pour y arriver ?

Roba : Durant son expérience chez EXP, Jorisch est accompagnée par plusieurs ingénieures et ingénieurs, dont Véronique Simoneau, une de mes collègues, qui agit à titre de mentore surtout pour les volets techniques. Mon rôle de marraine est davantage axé sur le volet humain, ce qui me permet d’aborder avec elle différents sujets, notamment le développement professionnel, le leadership, le courage et comment accéder à l’industrie du génie civil, sujets qu’elle a pu identifier au préalable lors de notre premier entretien. Nous en discutons donc lors de rencontres hebdomadaires, divisées en deux parties : la première consistant à lui donner des conseils et astuces à travers le partage d’expériences, dans le but de l’aider à faire face à certains défis et pour qu’elle ait conscience de ses forces ; la deuxième consistant en une discussion ouverte avec une femme qui fait carrière chez EXP, différente chaque semaine, tous milieux et titres confondus. Elle peut être chargée de projet, conceptrice, surveillante de chantier, etc. Ces discussions s’alignent non seulement avec les points mentionnés dans la partie précédente, mais permettent aussi de présenter le vaste éventail d’options qui s’offrent à elle pour une carrière en génie civil. Les femmes invitées présentent leur parcours, la nature de leur travail, un exemple d’une journée typique et des obstacles qu’elles ont surmontés. Ces rencontres offrent un assortiment des plus variés en matière de ressources et conseils pour la faire progresser dans sa carrière. Rappelons-nous qu’en génie, autant les hommes que les femmes ont leur place et ont le potentiel de s’épanouir au cours d’une carrière stimulante et enrichissante. Il s’agit simplement de croire en soi et en ses moyens !

Pour terminer, Jorisch, quel conseil donné par ta marraine au cours de ton stage chez EXP te sera le plus utile, selon toi, une fois arrivée sur le marché du travail ?

Jorisch : Lors de notre première rencontre, Roba m’a donné deux conseils que je garde en tête et qui, selon moi, me seront utiles longtemps. Le premier est qu’il faut se connaitre et s’accepter tel que nous sommes. Évidemment, il faut savoir travailler sur soi-même, mais nous ne deviendrons jamais quelqu’un que nous ne sommes pas. Le second conseil, c’est que personne ne nous fera une place dans un milieu, nous devons nous la créer nous-mêmes, sans hésiter. Cette place est celle dont nous avons besoin pour progresser. 

L’expérience de stage qu’offre cette initiative aux femmes en génie leur permet un encadrement profitable, tout en leur montrant qu’il existe une place pour chacune d’entre elles dans l’industrie. Joignez-vous à notre équipe en tant que stagiaire pour acquérir de l’expérience pratique et notable ! Voyez les postes à pourvoir chez EXP ici.